Chez Fée | Bloguez.com

fee

 


 

 

 

 

 

 

Tags :

Ajouté le 23:26 à 20/5/2020
Commentaires (458) - Poster un commentaire | Envoyer à un ami

MENU

 


 

Ca fée longtemps !!

 


Salut tout le monde ! Ca a changé ici !!!!!!!! Je n'étais pas venue depuis un sacré bout !

C'est ainsi parce que chez-moi bloguez ne fait que planter. Je vais réessayer pour voir, peut-être qu'après ces changements ca yra mieux qui sait... ?

 

En attendant, je vais vous voir tendis qu'ici cela fonctionne très bien.

 

Merci encore a tous ceux et celles qui me laissent des messages et pour vos souhaits du temps des fetes, ca me touche vraiment^^

 

J"espère que vous avez passez d'aussi belles fêtes que moi et je vous souhaite TOUT ce dont vous avez besoin et envie et plein de petits et de grands extras ^^

 

Bisous bisous...

 

Amicalement

 

Fée xxx

 

Je m'envais butiner^^

Poésie:


Amour

Autres

DRAGON

 

 

Juste en passant...

L'Homme...

textes dialogues.

Nouvelles

Contes de fées de fée.

maman

Osez!!!

Ailleurs



Pour vous qui aimez écrire:

Poèmes, articles, nouvelles,chansons ou romans.

 

 

 

 

 

 

 

 

Tags :

Ajouté le 00:33 à 29/4/2019
Commentaires (164) - Poster un commentaire | Envoyer à un ami

Essayez, c'est gratuit

 


Tags :

Ajouté le 11:41 à 11/8/2018
Commentaires (11) - Poster un commentaire | Envoyer à un ami

Comment rester indifférents?

 


 

 


À la recherche de Cédrika Provencher

* Disparu le : 31 juillet 2007

* Dernières infos : La fillette a été aperçue pour la dernière fois au coin des rues Des cheneaux et Chapais à Trois-Rivières par deux dames à qui elle aurait dit chercher un petit chien pour une personne inconnue.

* Âge : 9 ans

* Race : blanche

* Taille : 1,52m

* Poids : 31 kg

* Yeux : bruns

* Cheveux : bruns roux longs et ondulés

* Autres : Elle a le teint pâle avec des taches de rousseur. Malgré ses 9 ans, elle paraît avoir 11 ans.

Au moment de sa disparition, elle portait une robe soleil vert lime, des sandales de plage vertes et un casque de vélo Super Cycle de couleur rouge bourgogne. Elle portait au bras gauche une montre bracelet noire au contour rose.


 

Tags :

Ajouté le 19:31 à 10/7/2018
Commentaires (3) - Poster un commentaire | Envoyer à un ami

Son hommage

 


Maman. 1949-2006

Partie dans la souffrance à l'âge de 57 ans. Et 4 jours.

 

Ma mère m'a toujours encourragée à écrire. Je lui ai promis 100 fois que j'allais m'y mettre un jour.

Je croyais qu'elle disais que j'étais douée juste pour m'encourrager. Mais qu'importe, je le ferai.

J'ai déjà commencé.

 

Pour son service j'avais décidé de lui écrire quelque chose. Elle n'était pas parfaite mais méritait tout un hommage.

La salle était pleine de gens qui l'aiment tous sincèrement. Ca veut dire beaucoup.

 

J'ai écris ce qui va suivre avec beaucoup de d'amour, mais ce fut difficile. Je ne pouvais me décider

sur les mots à employer. Ils étaient tous trop faibles alors, j'ai tenté de trouver un agencement

pour exprimer le mieux possible mes sentiments. Que tous ont partagés.

 

Comme je disais, ma mère n'était pas parfaite mais elle était bonne et aimante et c'est comme ca qu'on l'aimait.

 

Ce qui va suivre,

C'est ce que j'ai écris de plus fort dans ma vie.

Je ne pouvais pas ne pas y mettre tout mon coeur, elle qui m'avait tant encourragée.

Je devais lui faire ce cadeau pour la remercier.

 

En passant. Pour ceux d'entre vous dont la mère est toujours en vie...

Téléphonnez-lui.

 

J'ai beaucoup de regrets. J'ai tellement cru qu'elle n'allait pas mourire que j'ai sacrifié des moments que j'aurais

pu passer avec elle pour faire autres choses.

 

Quand j'ai compris,

Je lui ai donné tout mon été passé.

Son dernier.

Mais ce ne fut pas asser pour me déculpabiliser.

 

Nous ne sommes que de passage hein.

Serons-nous toujours là demain ?

Personne ne sait. Il faut en profiter.

Son hommage:

 

Nous ne sommes pas Dieu.

Lui seul avait le dernier mot.

Tout ça me parait encore irréel.

Je ne sais pas comment être sans elle.

Soyez indulgents.

On ne perd qu’une fois sa maman.

Vous savez tous combien et pourquoi nous aimons tellement maman

Vous êtes tous ici pour ça, vous l’aimez aussi.

Je parlerai devant vous trop maladroitement.

En l’honneur de celle qui m’a faite comme je suis.

Je ne peux le nier, j’étais braillarde enfant.

Pour m’endurer, ça prenait bien maman.

Ni nos amis ou prétendants, ni ses voisins ou médecins traitants,

Personne ne pu devant ma mère, rester indifférent.

Chère maman. Mamie, sœur, tante grenouille, Chère amie, chère Céline.

Tu vas nous manquer... On s'ennuis déjà.

L'idée de ne plus te revoir nous est cruelle, atroce, ça nous déchire.

Mais quelle immense délivrance de ne plus te voir souffrir.

On t’a tous dit que tu pouvais partir.

Bien que l'on aurait préféré te parler d’avenir.

On ne supportait plus de te savoir souffrante

Tu as mérité ton ciel, vas et soit confiante.

On ne peut te promettre que nous ne pleurerons plus.

Mais console toi, ce sera dans les bras,

De quelqu’un qui t’aura bien connue.

Et qui comprendra la peine que l’on a.

Jamais, et que dieu nous en soit témoin ici et maintenant.

Nous n'oublierons tout ce que tu peux représenter.

Ni comment jusqu'au bout tu as lutté courageusement.

Pour remettre au plus tard le moment de nous quitter.

Tu en as épaté plus d’un, maman.

Tu as ému bien des inconnus.

Tu n’étais pas que forte maman.

Tu faisais preuve d’une volonté rarement vue.

On ne t’as que rarement, justement, vue pleurer.

Aurait tu voulu par là nous épargner ?

Merci, petite maman, de nous laisser en souvenirs.

Tant de bons sentiments et mille raisons de rire.

On t’a bien taquinée sur ta grandeur.

Mais on ne parlait pas de celle de ton cœur.

Les petites mains fines que tu nous tendais.

Contenait toute une mine d’amour pur et vrai.

Qu’est-ce que l’on ne donnerait pas maman.

Pour te serrer fort encore un instant.

Mais nous savons que l’on peut voir ton sourire.

Quand on veut, on a qu’à se souvenir.

Moi, je te verrai chaque jour dans la glace.

Je le dis aujourd’hui pour la première fois.

Je suis fière d’avoir hérité de ta face.

Et j’aspire à devenir encore plus comme toi.

Nous, tes enfants, qui sommes fiers de toi.

Nous garderons, outre notre nez.

De nombreux aspects et souvenirs de toi.

Et prendrons quelques fois un coup à ta santé.

Je t’ai fait mille promesses que je n’ai su respecter.

Pardonnes-les moi toutes, je te promets d’essayer.

D’oublier les remords et d’enfin user.

Du mieux que je peux du potentiel que j’ai.

Je repense beaucoup à toutes les petites manières, tu vois…

Que je te reprochais, qui me tapaient sur les nerfs.

Mais qu’est-ce que je voudrais que tu sois encore là.

Pour venir un peu me taper sur les nerfs !

Seulement, pas au prix que tu devais payer.

Pour rester ici, te voilà libérée.

On t’a tous dit que tu pouvais partir.

Bien que l'on aurait préféré te parler d’avenir.

On ne supportait plus de te savoir souffrante.

Tu as mérité ton ciel, vas et soit confiante.

Tu as bien remplis ton rôle sur la terre.

Mais il est infini le rôle d’une mère.

Je continuerai de tout te raconter.

Et j’apprendrai à t’entendre de là où tu es.

Mon téléphone n’aura plus le même usage.

Je te parlerai à travers les nuages.

Ma confidente, ma meilleure amie.

Mon réconfort dans nos douces folies.

Reviens quand tu veux, nous taquiner un peu.

Nous faire don de tes précieux conseils.

Nous chuchoter ce que tu veux à l’oreille.

Et même si tu veux, nous tirer les orteils.

Aucune réunion entre nous.

Ne se fera sans toi.

Tu savais si bien nous rassembler chez-vous.

En nous c’est chez-toi.

Ne t’en fais pas pour Bastien et Hugo, les derniers nés de tes petits enfants.

Ils n’ont aucune chance de t’oublier, tu le sais bien, voyons maman.

Maxime, Daphné, Amélie et Samuel, se feront une joie.

De leur rappeler régulièrement comment c’était avec toi.

Pleine d’esprit et d’espièglerie.

Astucieuse, et joueuse, mamie merveilleuse.

Amie à l’écoute et toujours disposée.

Soeur adorée, belle sœur bien aimée.

Et je pourrais noircir bien du papier.

Juste en voulant te qualifier.

Ginette Reno l’a bien dit,

L’'essentiel c’est d’être aimé

L'’essentiel, tu le vois aujourd’hui.

Tu n'es pas passée à coté.



Fée

 

 

 

Tags :

Ajouté le 20:17 à 1/5/2017
Commentaires (22) - Poster un commentaire | Envoyer à un ami

Précedente Suivante | |

A propos du blogueur

Sit where the cat sit. Close your eyes, cross your toes and... Smell a rose.

«  December 2016  »
MonTueWedThuFriSatSun
1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031


Menu

Photo album
• Accueil
• Voir mon profile
• Mes Archives
• m'envoyer un Email
• Blog RSS

Catégories

ACCEUIL
Contes de fées de Fée.
Je fée rimer autres choses aussi...
Je fée rimer l'amour
Juste en passant...
Mais... Il me manque...
Maman.
Nouvelles
occasions
Réflexions...
textes dialogues
Vos poésies

Visitez mes Amis

17
• anwarsphere
• BleuCommeLenfer
• Claire57
• clara
• cocoheinen
• continesendirect
• creabushido
• gabriel
• gavroche
• JEUXDUNET
• leschevaliersduquebec
• LiliAndCo
• monazimba
• Noria
• Plumedoie
• romantissimo
• sourisverte

Liens interressants

• le-coffret-polichinelle
• crânes de cristal
• Forum Hanté
• Je rêve donc je suis
• Chez Fée
• S'exprimer par les fleurs.
• L'autre monde
• plume blanche forum d.écritue (Petite artistes très très douées)
• http://badadou.free.fr/ombrelumiere.html

Services

•

Sondage sur le couple

Visiteurs à ce jour

Et présentement vous êtes:

| Contact author |